Plan à trois et autres banalités de la vie d’une escort girl (le jour où ça devient banal j’arrête.)

« Que se passe-t-il ? Rien, une douleur éternelle que je ne partagerai qu’avec le ciel. » Ou bien sur ce blog. Enfin question douleur éternelle, faudra repasser.

A. a rappelé aujourd’hui. J’ai pas répondu à son texto d’hier qui me demandait comment ça allait si mes vacances s’étaient bien passées, si mon amie serait partante. Au téléphone, j’ai fait comme si j’avais pas compris le plan « amie partante. » J’ai dit que je n’avais pas d’amie dans le genre, mais que je pouvais aussi bien contacter une fille qui faisait la même activité que moi. Il a dit ok, pourquoi pas. Je compte bien ajouter un petit extra pour ce service… Et m’éclater. Etre payée pour avoir du fun, c’est le pied :)

Plus tard dans la journée, E. a appelé, pas le E. qui n’a même pas pris le soin d’annuler le rendez-vous lundi dernier; E. qui rappelle depuis près d’un mois pour savoir quand je suis dispo, et à qui je répète toujours que je n’accepte pas les rendez-vous de dernière minute. E. a donc rappelé hier soir. Il me dit « vous êtes plutôt anale ou vaginale? », rapport à ce que je lui ait dit au tout début, que j’étais plutot anale. J’ia répondu « plutôt les deux », parce que depuis que je rencontre des hommes de quarante ans plutot bien fait j’ai tendance à croire les deux – bien que au fond, je sois totalement plus anale. Il a dit « ah oui c’est rare que les femmes soient plutôt anale », comme s’il était sûre que j’allais dire anale et qu’il avait prévu la réponse. Ca prouve bien que je l’ai marqué. Aujourd’hui, il m’appelle en fin de matinée, est-ce que je suis disponible pour qu’on se voit, non il faut prendre un rendez-vous un jour à l’avance, non mais c’est pas pour faire la bagatelle, même avec un rendez-vous pris un jour à l’avance il n’y a pas forcément la bagatelle. Je lui dit que c’est une question d’éthique. Il dit que c’est très bien, que c’est plus organisé comme ça. J’acquiesce et je raccroche – il est sensé rappeler.

Je ne compte plus les rendez-vous de dernière minutes que j’ai découragé. J’imagine que les filles qui les acceptent gagnent beaucoup, beaucoup plus. Mais pour moi, ça signifie trop que je vais coucher tout de suite, et c’est tout simplement hors de question. J’aime apprendre à connaître mes clients, je ne pourrai pas faire l’amour avec quelqu’un qui est bête comme ses pieds et qui de surcroît ne me plais pas. J’ai besoin d’un peu des deux, d’un peu d’humour et d’intelligence, d’un peu d’attirance, et le reste c’est la magie du moment qui s’en charge. J’aime croire que je suis une magicienne des relations humaines :)

En début de soirée, V. se connecte enfin. Je lui fait un coucou, on papote. Je lui dit que je vais surement faire l’amour avec un homme et une femme. Il m’a dit qu’il serait bien partant pour le faire avec deux filles, si j’avais une amie qui faisait ça. Je lui ait dit quoi, je pensais que tu m’aimais bien mais bien sûr comme tous les autres il n’aimait que mes magnifiques fesses. Je lui ai dit que je plaisantais. Il a dit, mais non tu sais que c’est toi, quand est-ce qu’on se marie? On a rit par écran interposé. Il a finit par m’appeler, il m’a dit que finalement, comme moi, il aimerait bien qu’on se voit au moins une autre fois avant de voir si on fait ce plan avec une autre fille. J’ai sourit et j’ai raccroché. Il voudrait qu’on se voit demain soir, mais hé, j’ai dit pas avant deux semaines il y a une semaine. Et si je n’écoute pas ce que les autres disent, j’écoute au moins ce que je dis. Au moins, c’est dit.

Donc voilà… Dans quelques jours mon premier plan à trois. Wow. Le truc que je redoute parcontre, c’est de contacter une escort girl de la ville et de lui demander si elle serait intéressée. J’ai toujours fantasmé sur le fait d’avoir une amie escort girl, je veux dire, partager les numéro de clients, renvoyer les clients qui ne me plaisent pas ou qui souhaiterait un service que je ne veux pas vers elle, se raconter un peu tout, un peu une collègue, mais tellement plus. D’abord parce que notre occupation n’est pas commune, ensuite parce que quand on en parle faut y mettre les formes… ou non. Et c’est ça le fun, j’aimerais savoir comment on en parle entre filles, ce qu’il y a à dire, je sais ou pense savoir ce qu’il y a à omettre, mais peut-être qu’on peut tout se dire. Mais bon voilà, je crains aussi toutes ces fausses amies, toutes ces filles qui te font une sale répute pour garder un client, toutes ces filles que tu ne peux pas croire parce qu’elles pensent uniquement à leurs business, au fric, aux fringues de marques, aux sacs de luxe… Je crois que je ne suis pas comme 99% des escorts girl, un client me l’a dit l’autre fois( mais peut-être n’est-il tombé que sur des escort vénales – enfin marrantes et courtoises, masi vénales.) Mon approche semble être tellement plus différente. Je voudrais, je ne sais pas, trouver une escort girl qui partage la même éthique, ce soucis de connaître le client, de rire avec lui, de ne pas trop aller à l’inconnu pour quelques billets. Peut-être que je dramatise après tout, et que le 1% restant sera là. Peut-être qu’on est 99% à penser comme ça, ou au moins 60%. Je ne sais pas. Je verrai bien. Je vais essayer d’en trouver une qui a à peu près mon age, à peu près mon état d’esprit, qui a ce que j’aimerai avoir chez une fille – quitte à faire l’amour avec elle, autant qu’elle me plaise. Je n’ai pas spécialement de fantasme lesbien à vrai dire, mais il parait qu’une grande majorité des escorts, en tout cas il parait que celles qui réussissent dans cette occupation (avec des clients fidèles et des tarifs horaires au-dessus de la moyenne) découvrent qu’elles sont bisexuelles. Je n’ai rien contre faire l’amour, rien pour non plus. Tout ce que je sais c’est qu’il me faut au moins un homme, un vrai. :D

Attendons de voir la suite.

Croise les doigts pour moi, mon nom c’est Chacha.

Publié dans : Coup de coeur, Non classé |le 8 novembre, 2007 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 9 mars, 2014 à 3:04 Steven écrit:

    J’ignore si la qualité littéraire de ce blog mérite ou non un prix mais ce qui compte c’est la force du témoignage et les remises en question que ce dernier provoque.
    Je découvre ces mots bien après la fin de l’aventure mais ils ne me laissent pas indemnes.
    Dommage qu’il n’existe pas une suite publique à cette histoire. Ne serait-ce que pour montrer aux gens qu’il y une vie après tous les choix que l’on peut faire.

  2. le 12 décembre, 2015 à 4:53 Chacha écrit:

    Merci pour le commentaire Steven! J’apprécie le temps que vous avez pris pour lire ce blog et partager votre retour. Pas de suite publique, non est-ce si important? Comme le disait Lamartine:

     » Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
    Hâtons-nous, jouissons !
    L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive;
    Il coule, et nous passons !  »

    Je vous souhaite plein de bonnes choses.

Laisser un commentaire

artscellement |
FaiS GaFfe A mon BloG ^^ |
un bout de chemin......... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | UN AN DE MA VIE
| angelca29
| Monde en noir